Art au Présent - 

La revue franco-suisse des arts de la scène -

Critique, dossier, entretien, Théâtre, Danse

  • White Google+ Icon
  • Twitter Clean
  • Facebook Clean

GRANMA. LES TROMBONES DE La Havane 

Rimini Protokoll - Stefan Kaegi 

Critique

Marius Baulieu 

Avec cette dernière création, Stefan Kaegi pour le collectif berlinois Rimini Protokoll signe un voyage dans l'Histoire cubaine à travers quatre récits familiaux de cubains qui s'interrogent sur le passé et le devenir de leur pays. 

Le réjouissant théâtre documentaire de Stefan Kaegi nous plonge dans les méandres politiques de Cuba. C'est une page d'histoire qui s'ouvre devant nous et qui ne se referme pas ...

Ils sont quatre cubains à avoir accepté l'expérience du théâtre documentaire. 

Daniel, 36 ans, mathématicien, traducteur et réalisateur de cinéma : son grand- père, Faustino Pérez, est un des plus proches camarades de Fidel Castro pendant la révolution. Il organisa le transport sur le navire Granma qui amena les révolutionnaires du Mexique à Cuba en 1956. 

Milagro, 25 ans, est une jeune diplômée en histoire qui souhaite observer de plus près le passé de son pays affirmant que l'histoire est écrite par tous ceux qui la vivent. 

Diana, 30 ans, est musicienne professionnelle, elle apprendra pendant un an aux trois autres à jouer du trombone. 

Enfin, Christian, 25 ans, qui s'est battu, à l'inverse de son grand-père contre les révolutionnaires. 

Avec un dispositif scénique efficace, un écran de projection au lointain, deux écrans sur chaque coté de la scène et un pupitre, l'espace scénique devient le centre de cuba où les videos viennent naturellement se déposer et prendre vie devant les quatre protagonistes. Sur les cotés se seront les photographies et videos de Fidel Castro, du Ché, et de tous ceux qui ont eu un rôle dans l'Histoire, à commencer par les grand-parents de Christian et Diana qui viendront dialoguer avec eux.

Le spectacle déroule les événements cubains des années 40 à nos jours.

Dans une démarche documentaire, Stefan Kaegi nous emmène dans une mise en scène pleine d'inventivités. Jamais les trombones ne resteront de simples instruments, ils prendront vie pour devenir club de golf, mitraillettes tirant le public, véritables acteurs du récit historique qui se déroule devant nous.

Par la superposition de videos, des maquettes viendront expliquer des événements historiques. Ou encore lorsqu'un jeu video de guerre viendra en superposition d'images d'archives. Enfin des questions directement adressées au public viendront mettre en perspectives la vie cubaine et les choix faits par ce pays. 

Diana, la musicienne,Daniel, Milagro et Christian s'emparent de leurs trombones et rythment le spectacle. Diana nous parle du groupe de musique de son grand-père et de ce qu'il est devenu aujourd'hui, les instruments ont évolués et sont devenus électriques mais affirme-t-elle " il manque toujours le trombone", dans une ingéniosité de mise en scène, le nouveau groupe de musique sera présent par video au lointain alors que Diana viendra chanter en live accompagnée par Daniel, Milagro et Christian au trombone, la photo du grand-père sur les deux écrans de coté, il est observateur d'une histoire qui continue. 

Et quand il auront l'âge de leur grand-parents ? Il y aura de nouveaux droits à conquérir lance Milagro qui ne souhaite pas pour Cuba un monde de consommation, un autre avenir est possible et elle se battra pour, l'intelligence artificielle remplacera les déraisonnables hommes politiques affirmera Christian.

Les uns après les autres ils quitteront la scène pour continuer à écrire l'histoire de leur pays, les quatre trombones resteront sur scène, fièrement debout, eux aussi prêt à suivre l'histoire qui reste à écrire...

Vu au théâtre de Vidy-Lausanne. 

En Juillet, au Festival In d' Avignon.